Al Maktoum, le nectar caché

Ce jour, le séparateur du bien et du mal se rebella, la foi cède à l’alchimie de la bergère

Ce jour l’homme aux deux lumières devenait hypnotique,le gendre l’abandonne

Ce jour le père des deux jumeaux du cousin béni à l’éloquence enviée; resta aphone

Ce jour le véridique ; l’intimeconfina sa douleur sur la  sainte face, la foi en bandoulière

Al Maktoum, le khalife à la bienséance enviée Béni soit le fils d’Al Bakr,

Tu ne brisas le silence que le jour de naissance du noble vertueux Maitre

Avec une mise désenchantée, tu méprise les clichés des chefs bernés

Mame Cheikh, l’école des moustarchides a atteint les chaires enviées

Les contemporains éprouvent à jamais du dégout à la vie sacrifiée

Sérigne cheikh, tu asabandonné une bergerie proche de l’infamie

A jamais, tu t’emmures dans un silence étourdissant, notre foi rebelote

Tel un nourrissonsevré à l’éteint   fluté, notre profonde voix sanglote

Jeudi 16 Mars 2017

Assane NIANG

Shabba de Seydina LimamouLahi -PSL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here