Compte-rendu de la visite au Saltigué de Rufisque par la Ligue d’Athlétisme de Dakar (Communiqué)

Le mercredi 15 Mars 2017, la Ligue d’Athlétisme de Dakar, en collaboration avec la         Direction Technique Nationale, a effectué une visite de proximité au Saltigué de Rufisque. Un       club d’athlétisme basé dans la vieille           ville,    qui       a longtemps fait la fierté des Rufisquois et Rufisquoises et qui malgré les      conditions       difficiles d’existence, continue de faire son bonhomme de chemin sur l’échiquier de l’athlétisme sénégalais.

Cette visite entre dans le cadre        d’une   série    de visites programmée par la ligue de       Dakar et la direction technique nationale aux 14 clubs de la ligue  dont la première du genre a été effectuée à la Banlieue Athlétic Club (BAC) le 1er Mars 2017.

La délégation a été conduite par le Président de la Ligue (El Hadj Bara Thiam) en compagnie du responsable de la communication de la ligue (Moustapha Cissokho), du secrétaire général de la ligue (Pape Demba Ndior), de la présidente de la commission marketing de la ligue d’Athlétisme de Dakar (Marianne Mendoza) et du directeur technique national (Amadou Diouf).

Dans l’agenda de visite de la délégation, il était question de trouver les athlètes, le staff technique et les dirigeants du club sur leur lieu d’entraînement afin de s’enquérir réellement des conditions dans lesquelles ils travaillent. Ce lieu d’entraînement se trouve être l’Hippodrome Tanor Anta Mbakhar plus connu sous le nom de champs de course, localisé au NordEst de la ville de Rufisque.

Arrivé sur les lieux aux environs de 18h30,  nous avons trouvé une situation indescriptible où athlétisme et football disputent âprement l’occupation des espaces. Le nom champs de course renvoie effectivement à l’Hippisme qui est pratiqué sur cet hippodrome depuis des années sur une piste sablonneuse de 1000 m, avec des terrains de football à l’intérieur au nombre de sept (07), tous occupés par les jeunes de la ville venus nombreux s’épanouir.

La visite a coïncidé avec l’organisation des compétitions du sport scolaire qui se déroule tous les mercredis aprèsmidi dans les différents secteurs où sont installées les instances qui gèrent cette activité (districts). Etant donné que la majeur partie des athlètes est constituée d’élèves, ils étaient tous ou presque présents, certains dans les compétitions de football où huit matchs ont été organisés entre les établissements, d’autres dans les activités athlétiques comme les sprints (60m, 80m, 100m), le ½ fond (800 et 1500m) et les sauts plats (triple saut et longueur).

Le constat que nous avons tous fait est qu’il était difficile de distinguer les athlètes des footballeurs car les terrains n’avaient pas de limites observables. Ensuite de petits terrains avec de petits buts sont également aménagés sur une partie de la piste d’athlétisme, ce qui empêche aux athlètes d’avoir une bonne trajectoire de course. Parfois il y a même télescopage sur la piste entre joueurs de foot et athlètes.

C’est dans ce contexte que la visite s’est déroulée, et nous avons pu rencontrer le staff, technique, les athlètes et les dirigeants du club.

« Mot de bienvenue de Ousmane Diol, technicien membre de l’équipe d’encadrement du

Saltigué »     

Prenant la parole au nom de tous les membres du club, Ousmane Diol ancien athlète, entraîneur et responsable principal de l’équipe d’encadrement, a souhaité la bienvenue aux membres de la délégation et s’est réjoui de la visite de la ligue et de la direction technique nationale, qui est une première au Saltigué depuis les années 70. Il n’a pas manqué de remercier le président de la ligue et le directeur technique national pour cette belle initiative. Néanmoins, il a exposé à la délégation toutes les difficultés qu’ils rencontrent dans l’encadrement des jeunes : relativement aux infrastructures

inadaptées et trop fréquentées par différents acteurs (terrains vagues, piste très sablonneuse, pas de tartan…), au manque de matériel didactique (starting blocks, chaussures de pointe, chaussures d’entraînement…).

Le président de la ligue : El Hadji Bara Thiam

« Je suis très préoccupé en voyant les jeunes s’entraîner dans des

conditions pareilles » 

Le président, dans son discours, partage l’amertume et la désolation qui habitent le staff et l’équipe d’encadrement en parlant de conditions de travail. Il voit mal des êtres humains évoluer dans un environnement aussi hostile avec tous les risques qu’il y a, dans la cohabitation entre pratiquants de différentes disciplines sur un même espace dégarni de repères, où il est difficile de savoir qui fait quoi.

Ainsi, il est déterminé à accompagner le club en intégrant dans sa communication, les préoccupations du staff, afin que les plus hautes autorités en charge du sport et de l’athlétisme en particulier puissent mettre en place un dispositif prenant en charge toutes les questions relatives à la construction d’infrastructures, à l’octroi de matériel didactique…

Le Directeur Technique

National : Amadou Diouf

« C’est inadmissible d’accepter ce manque de considération de la part des autorités »

Cette visite était pour le DTN la deuxième, lui qui avait déjà effectué le déplacement au saltigué après sa nomination dans un contexte de prise de contact avec les différents clubs. Il s’est offusqué de constater que rien n’a évolué dans les conditions de travail de l’équipe d’encadrement et des athlètes.

Il s’est demandé même comment, la jeunesse rufisquoise peut elle accepter d’être laissée en rade par les autorités, et de continuer à vivre ce calvaire d’une autre époque sans alerter, ni demander ce qui lui revient de droit. Et pourtant, en les voyant évoluer sur les différents plateaux de travail, on dirait que ces jeunes ne se plaignent pas de cet état de fait, et trouveraient même du plaisir à rester dans ce milieu naturel qui ne dispose d’aucune installation sportive.

Cette situation est inadmissible dans une ville comme Rufisque fusse-t-elle une des quatre commune du Sénégal à l’époque coloniale considérée comme démembrement de la métropole avec des populations jouissant du statut de citoyens

Français. L’infrastructure, quasiment laissée à ellemême, est aussi vielle que les vieilles battis de la ville.

Le DTN a insisté également sur la nécessité de s‘informer sur le cahier de charge de la réfection du stade Galandou Diouf, qui selon certaines indiscrétions ne disposerait pas à terme d’une piste d’athlétisme. Ce qui serait une erreur fatale de la part des autorités et du promoteur de l’ouvrage. Il considère que cette réfection du stade Galandou Diouf constitue une occasion plus que jamais pour la jeunesse de Rufisque, de disposer d’une piste d’athlétisme en tartan digne de ce nom.

Le Secrétaire Général de la Ligue

Pape Demba Ndior

Il a axé son discours sur les  conditions difficiles de travail constatées sur place, sur la nécessité d’appuyer ce club qui dispose d’un grand potentiel en termes de ressources humaines (athlètes comme techniciens).

Il considère également que le Saltigué, tout comme le BAC doivent avoir un traitement spécial dans la gestion des retards constatés dans les  inscriptions lors des compétitions de ligue, compte tenu de leur situation géographique, ralliant difficilement les lieux de compétitions (Stade Iba Mar Diop, Stade Léopold Senghor).

Il a insisté également sur la nécessité d’accentuer la communication afin de sensibiliser davantage les autorités sur les problèmes de l’athlétisme et du sport en général. 

Marianne Mendoza : Responsable du marketing de la ligue d’Athlétisme de Dakar.

Sa présence dans la délégation en tant que responsable à la ligue et ancienne athlète, est d’une grande importance pour les jeunes pensionnaires du club qui ont besoin de voir des modèles de réussite dans l’athlétisme.

Ne connaissant pas très bien la zone, elle était très étonnée de voir autant de monde sur un espace aussi vaste que l’hippodrome Tanor Anta Mbakhar sans aucune installation sportive officielle. Elle n’a pas manqué d’encourager les jeunes et leurs encadreurs à persévérer dans l’effort.  Interpellations:

Le staff technique du club a profité de cette occasion très rare, pour interpeler le directeur technique national et le président de la ligue sur le problème des épreuves de lancer de poids qui sont interdites sur la pelouse du stade Léopold Senghor par la direction du dit stade.

Ils exhortent également le directeur technique national à penser aux athlètes du saltigué dans les sélections nationales, estimant qu’ils sont souvent lésés et laissés en rade au profit d’autres athlètes moins performants.

Clarifications :

Le président de la ligue tout comme le DTN ont tenu à apporter des clarifications quant aux différentes interpellations.

Concernant l’interdiction des lancers sur la pelouse, le président de la ligue a tenu informé qui de droit (le président de la fédération qui devait en parler au Ministre des sports), pour lever cette équivoque et permettre aux athlètes de cette discipline de participer aux compétitions au même titre que les coureurs et les sauteurs.

Le DTN a même insisté auprès de la direction du stade pour que les ateliers de lancers se trouvant derrière les buts de la pelouse puissent être utilisés, mais rien n’a été fait.

C’est dire donc que la direction du stade, de mèche avec le Ministère des sports, ne veulent pas que la             pelouse           soit       touchée.

Pour ce qui est de la sélection des athlètes, le DTN,           rassure            le         staff technique du club sur l’objectivité qui est mise en avant s’il est question de mettre en place une sélection           nationale.       Et pour rien au monde il ne jouera au favoritisme car il est là         pour    tous     les athlètes du Sénégal. Il a précisé             également      que personne n’est    jamais intervenu dans ses choix, et qu’il les a toujours faits dans la plus grande impartialité.

En définitive, le dernier mot a été prononcé par

Ousmane        Diol, responsable technique du saltigué et membre de l’équipe d’encadrement. Il a    réitéré            ses       propos d’entame de discours, en remerciant     toute   la délégation de ce geste hautement symbolique et significatif dans la vie du club de la vieille ville.

Rufisque, Hippodrome Tanor Anta Mbakhar, le 15 Mars 2017.

Pour la Ligue d’Athlétisme de Dakar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here