« Abdoulaye, dou daim, douma baayi ma daim »

Jusqu'à un passé encore récent, tout ce que Sa Majesté touchait au plan régional et sous-régional, se transformait en or. Même Yaya Jammeh, dont le départ avait la peau dure, n'a pas résisté à la baraka de "Buur Fatick". Au point que sur tous les toits, l'on ait chanté, sur un

La Sall trouvaille

Jammeh parti, son successeur Barrow arrive. Et le nouvel homme fort de Banjul a tenu à marquer les esprits à sa façon. Pour ça, il se plaint, déjà, du fait que, dit-il, l'enfant de Kanilaï ne lui a laissé que des Caisses vides.

Bref, Barrow s'est fendu du

Maudire le yoga !

Bamba Fall et plusieurs autres militants du Parti socialiste pourraient ne pas "survivre" à leur face-à-face de ce lundi avec le juge d'instruction chargé de leur dossier. Parce que susceptibles d'atterrir en prison, d'une minute à l'autre, dans l'affaire des violences du 5 mars 2016 à la Maison

Sunugaal = Ter versus « xiif »

Franchement, au pays de Niangal, Gorgorlu peut se passer de Sa Neex, entre autres comédiens, pour chasser son stress. Tellement, il étouffe de rire, face au "Nguur" (Pouvoir) de Sa Majesté.

Figurez-vous que pour maquiller la gifle infligée à "Buur Fatick", qui n'a été accueilli, à sa descente

L’ex-colon et son sujet d’hier

"Niangal" doit être déçu. Pour avoir été accueilli à sa descente d'avion, à l'Aéroport de Paris, par une ministre en "miniature", Annick Girardin. Qui n'occupe que la dix-septième place au rang protocolaire du Gouvernement français.

"Sa Majesté" doit d'autant plus être froissé que, ces dernières semaines, les

« Ndeup » parlementaire

Quelle mouche a dû piquer les députés de Niangal? D'abord, c'est El Pistolero qui ouvre le bal, en manquant de respect à la Présidente du Groupe parlementaire de l'opposition, Aïda Mbodj et à son collègue de la Mouvance présidentielle, Moustapha Diakhaté. Le lendemain, c'est Boughazelli, un ancien "faux-lion", qui saoule "Gorgoorlu" avec une

« Niangal », « Gorgoorlu » et l’interprète

"Gorgoorlu" ne parvient plus à dormir du sommeil du juste, du fait de la longue série de meurtres à Sunugaal. Malheureusement pour lui, la Police de "Sa Majesté" laisse entendre qu'il ne s'agit ni plus ni moins que de crimes familiaux. Dans ce contexte plein d'incertitudes, est venue s'ajouter, depuis plusieurs jours,

« Tel père, tel fils »

"Buur" Fatick a piqué de Gorgui, son mentor d'antan, un sacré héritage. Eh bien, "Paabi" règne en divinité, depuis 1974, à la tête du Parti démocratique sénégalais. Où il crée, promeut et tue les siens. A l'Alliance pour la République, aussi, Niangal trône sous les habits d'un dictateur. Qui n'a aucun

C’est « eux dans eux »

Quand Niangal recevra ses contempteurs, ce jeudi, "Gorgorlu" ferait mieux d'aller vaquer à du plus ô sérieux. Car quand le coût des denrées de première nécessité flambe, c'est le cadet des soucis de Sa Majesté et ses opposants. Lorsque des bandits volent ses biens ou le tuent en plein jour, "Ko Fagnit,

« thiowli-thiowli, randalkat-bila »

Le Parti démocratique sénégalais semble avoir bouffé du lion. Pour cause, en plus de chercher à jouer sur les nerfs de Sa Majesté et des magistrats de la Crei qu'ils menacent de poursuites judiciaires, les libéraux ont, littéralement, insulté certains médias à la "solde" de "Buur Fatick" qu'ils confondent, sûrement,