L’Ums demande aux membres élus à démissionner du Conseil supérieur de la Magistrature : les relations heurtées entre Sidiki Kaba et les magistrats, à un point de non-retour

On s’y attendait ! L’Union des magistrats du Sénégal a, résolument, pris la décision d’entrer de plain-pied dans le maquis. Et la goutte d’eau de trop aura été l’ouverture par le ministre de la Justice d’une procédure disciplinaire contre l’un de ses membres, en l’occurrence Souleymane TELIKO, conseiller à la Cour d’Appel de Thiès. A qui il est reproché d’avoir alerté ses collègues magistrats du Collège qui l’ont élu en qualité de membre du Conseil supérieur de la Magistrature.

“Par lettre du 11 avril 2017,  Monsieur Souleymane TELIKO, conseiller à la Cour d’Appel de Thiès, a informé le Bureau exécutif de l’UMS de l’ouverture d’une procédure disciplinaire contre sa personne pour des propos  tenus à travers un courriel privé adressé aux membres du collège qui l’ont  élu en qualité de membre du Conseil supérieur de la Magistrature”, retrace l’Union des magistrats du Sénégal.

Convaincue que “l’ouverture d’une telle procédure par le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, est une vaine tentative d’intimidation et de musellement d’un membre légitimement élu par ses collègues et qui n’a fait qu’exercer son mandat, l’Ums reste convaincue que “cette action initiée par le Garde des Sceaux, traduit encore une fois de plus un manque de sérénité et une volonté d’installer la justice dans un cycle d’instabilité permanente”.

Décidée à jeter de l’huile sur le feu du ministre Sidiki Kaba, l’Ums se braque en ces termes “le Bureau exécutif rappelle qu’il a toujours dénoncé, avec vigueur et à chaque fois que de besoin, l’utilisation abusive et injustifiée de la procédure de consultation à domicile qui, du reste, doit être exceptionnelle”.

Aussi, le Bureau exécutif, qui condamne fermement la démarche du ministre et rappelle que la Justice ne saurait être gérée par l’intimidation, invite-t-il solennellement les membres élus à démissionner du Conseil supérieur de la Magistrature si une telle pratique perdure.

“Le Bureau exécutif invite l’ensemble des collègues à se mobiliser pour toutes démarches tendant à renforcer l’indépendance de la justice.

Le Bureau exécutif réaffirme son soutien sans faille au collègue Souleymane TELIKO et mènera toutes actions appropriées pour la sauvegarde des intérêts matériels, moraux et professionnels des magistrats’, déclarent les magistrats.

Décidément, sous le magistère du ministre Sidiki Kaba, le Système judiciaire n’a point été un long fleuve tranquille. Parce que fait de dénonciations, de condamnations, de remplacement intempestif d’un Procureur spécial prés la Cour de répression de l’enrichissement illicite, en plein procès et de démission d’un magistrat du Conseil supérieur de la Magistrature.
Actusen.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here