“Posez vos armes, mains sur la tête, je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts” : le cri de guerre de l’homme abattu, ce matin

Le procureur de la République, François Molins, a apporté de nouveaux éléments concernant l’enquête sur l’homme abattu à Orly, ce matin, après avoir attaqué une militaire de l’opération Sentinelle.

Il avait un revolver à la main, lorsqu’il a agressé les soldats de l’opération de sentinelle et réussi à attraper l’arme de l’une des soldats. Il a également jeté un sac au sol contenant un bidon d’hydrocarbure.

“Posez vos armes, mains sur la tête, je suis là pour mourir par Allah. De toute façon, il va y avoir des morts”, a dit cet assaillant, selon les premiers témoignages des soldats pris pour cible, cités par François Molins.

“Il n’est pas indifférent de choisir de s’attaquer à des militaires en patrouille de l’opération Sentinelle. On sait très bien que ça correspond à des mots d’ordre très largement diffusés dans le cadre des organisations terroristes djihadistes”, a ajouté François Molins.

Trois personnes sont en garde à vue ce samedi soir, dont le père, un frère et un cousin de l’assaillant. Le père et le frère de l’homme abattu s’étaient rendu d’eux même à la police dans la journée après avoir reçu un SMS de l’assaillant disant qu’il avait tiré sur des policiers.

Ziyed Ben Belgacem, déjà condamné pour plusieurs vols avec violence était sous contrôle judiciaire, il avait été repéré comme radicalisé lors de son séjour en prison entre 2011 et 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here