«Soleil voilé» : une nouvelle approche littéraire de l’auteur Jean Dib Ndour

Après le succès de son premier roman, «Itinéraire d’un enfant d’Afrique» paru en 2014, l’écrivain Jean Dib Ndour publie un nouvel ouvrage. C’est lors de la cérémonie de dédicace tenue ce vendredi 10 mars 2017, que l’auteur a présenté au public « Soleil voilé», son tout nouveau roman.

Né à Nguégnène situé aux environs de Joal Fadiouth, le jeune écrivain, ayant vécu l’émigration, nous plonge dans un univers tout différent du premier roman.

Dans «Soleil voilé», Jean Dib Ndour relate l’histoire d’un jeune sérère qu’il appelle Niowi (vis, du verbe vivre, en sérère), qui quitte son village natal pour vivre les péripéties de la ville avant de migrer vers l’étranger.

Etudiant en Droit, il projette par la suite d’aller «tenter sa chance» en Europe. Laissant derrière lui sa famille et sa petite amie Daba qui ne voulait pas voir l’amour de sa vie la quitter. Ainsi, Niowi prit le chemin de l’exil et se voit confronter dès son arrivée en Occident, à un sentiment de solitude pesant.

En évoquant le prénom du personnage, l’auteur a voulu mettre un point sur la culture africaine en général et sérère en particulier.

Durant tout le récit l’auteur transmet une leçon de vie. Celle de l’exil, d’une «perpétuelle quête de soi», comme il l’appelle. Mais pas seulement. Car Jean Dib Ndour évoque à travers l’histoire de Niowi le problème de la crise identitaire, l’enracinement, l’ouverture, l’émigration clandestine et même la fameuse question existentielle de l’intégration et de l’assimilation.

Toutes ces questions, le personnage y sera confronté. Soit il le vit directement, soit il s’y retrouve en tant que témoin de la situation des connaissances qu’il a pu se faire pendant son séjour en Hexagone.

Cependant, il ne faut pas voir en «Soleil voilé» un roman autobiographique même si l’histoire de Niowi ressemble à peu près à la vie de l’auteur. «Il ne s’agit pas exactement de ma vie, mais il m’est arrivé de m’inspirer de ma situation, de ceux qui m’entourent et de mes propres vécus en tant qu’expatrié. Cela dit, l’histoire de Niowi n’est pas la mienne», fait-il savoir.

Ndèye Aminata DIAHAM (Actusen.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here